Horlogerie

EXPOSITION OAK

Au total, 160 montres sur 600 de « OAK », de la collection privée de Patrick Getreide, ont été exposées à Londres au Design Museum du 19 au 25 mai 2022. L’exposition a entamé une tournée mondiale comprenant quatre étapes aux États-Unis, au Moyen Orient et en Asie.

Aux oreilles des amateurs de montres, « Oak » peut évoquer une certaine collection d’Audemars Piguet mais, pour Patrick Getreide, homme d’affaires, c’est un acronyme qui a une tout autre signification. « One of A Kind » (« Unique en son genre » en français). C’est la collection privée de montres vintage et modernes la plus importante jamais dévoilée au public, appartenant à ce Français. Cette collection est tout autant exceptionnelle par la quantité des montres de luxe que par leur qualité. Leur détenteur a passé 40 ans à chasser des pièces en séries limitées comme des éditions spéciales ou sur commande qui ont été entretenues tout au long de ces décennies, paraissant presque neuves.

Des pièces gardées dans le temps

Les montres sélectionnées sont parmi les trésors les plus convoités du marché, des pièces qui représentent l’évolution du design de l’horlogerie depuis les années 1920. Ont ainsi été exposées des Patek Philippe, le cœur de cette collection, avec des pièces vintage retraçant presque 100 ans d’histoire, les modèles les plus populaires Rolex, et des indépendants de la nouvelle génération d’horlogers.

Dans les modèles légendaires, il est possible de trouver, entre autres, une Patek Philippe, Ref. 530 J, la seule recensée au monde, mais aussi une Patek Philippe, Ref 605 HU, modèle qui a par la suite inspiré la gravure de l’armoirie d’Henry Graves, ou encore une Rolex, Ref 5513 Submariner, montre réalisée en collaboration avec l’entreprise spécialisée en Compagnie Maritime d’Expertises, qui est basée à Marseille, en France.

La passion pour l’horlogerie de Patrick Getreide naît alors qu’il a 10 ans et qu’il tombe amoureux d’une Omega. Au fil des années, sans pour autant être un professionnel de l’horlogerie, il apprécie les belles montres et acquiert une Tank de Cartier à ses 20 ans. Puis à ses 22 ans, il s’offre sa première Patek Philippe, montre pour laquelle il a dû demander un prêt à la banque car il ne possédait pas les fonds nécessaires. Depuis cette acquisition, Patrick Getreide s’est lié d’amour pour les beaux cadrans et la manufacture horlogère. L’intéressent tout autant les garde-temps chargés d’histoire que les nouveaux, plus contemporains et esthétiques.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :