Automobile

Un collectionneur de chevaux !

E. H. aime les belles mécaniques. De celles que l'on porte au poignet comme celles que l'on pilote. Sa collection est le reflet de cette passion qu'il aime partager sur un célèbre réseau social. Vous pourrez aisément le suivre si vous êtes un afficionado des supercars.

PREMIUM : D’ou vient cette passion pour l’automobile ? (enfance, événement marquant ?)
E. H. : Mon père, sans aucun doute. Il était amateur de belles autos. Dans un véhicule, il aimait surtout la ligne et la puissance. Les données techniques lui importaient peu. Je me rappelle de retours de la Côte d’Azur la nuit, à plus de 200 km/h non stop… autre époque n’est-ce pas ? À mes 15 ans, en 1987, il m’a appris à conduire sur le parking du Makro avec sa Ford Mustang Fastback 1966, un V8 289 cubic inches (4,7 litres). Comment ne pas être marqué par cela ?

PREMIUM : Comment choisissez-vous les véhicules ? Sur base spéculative ou coup de cœur uniquement ?
E. H. : J’essaie de construire une petite collection de beaux modèles, sportifs. Spéculation en aucun cas – il suffit de voir comment le marché vient de se retourner en 12 mois pour comprendre que ce n’est pas ce qui me motive. Il est toutefois évident que je préfère un véhicule qui garde ou prend (ou ne perd pas trop) de la valeur, plutôt qu’un autre qui perdrait 60% en 2 ans. J’aime que ma collection soit le reflet de choix techniques, de visions de ce monde automobile en quête de performances.

PREMIUM : Quelle est d’après vous la pièce maitresse de cette collection ?
E. H. : Pour l’instant c’est ma Porsche 991 GT2RS, qui recueille énormément de succès sur les réseaux sociaux et à chaque sortie.

PREMIUM : Est-ce que vous roulez avec tous vos bébés, et, si oui, selon quels critères les choisissez-vous ? Occasions spéciales, travail… ?
E. H. : Oui je les fais tous rouler à tour de rôle, sans occasion particulière. Mes anciennes, une Ferrari 512 TR et une BMW 840Ci, toutes les deux rachetées à mon père, sont celles que je sors le moins. Les autres sont là pour rouler, en tenant toutefois compte des impératifs du jour (je ne laisse pas une GT2RS à l’aéroport par exemple).

PREMIUM : Que représentent les marques Ferrari et Porsche pour vous ?
E. H. : Ce sont mes deux marques de coeur. Pour moi, l’automobile est incontestablement liée à la compétition, la performance. Je suis admiratif de l’histoire de Ferrari en F1, et celle de Porsche en endurance. Le scudetto (emblème) Ferrari sur l’aile avant est selon moi une option indispensable, qui relie mon auto à l’histoire de la Scuderia. J’ai passé des années et des annés à ne rater aucun GP à la télévision, terminant parfois debout sur le canapé quand il s’agissait pour la Scuderia de terminer un dernier tour en tête … Quant à l’endurance, les 19 victoires de Porsche au Mans (un record) font partie intégrante de mon amour pour la marque. On vient d’ailleurs de célébrer les 50 ans de la première victoire de Porsche aux 24 heures : c’était en 1970 avec la légendaire 917K.

PREMIUM : Quelle est votre vision des voitures électriques ? Comment voyez-vous l’évolution du marché automobile ?
E. H. : Je viens de prendre possession de ma première voiture électrique, qui pourrait rassembler le meilleur des deux mondes : une Porsche Taycan Turbo S. Une auto de 761 chevaux, d’un couple de 1.050 Nm, 4 roues motrices, avec un ADN Porsche indiscutable. Ca roule bien, ça pousse, ça freine et ça tient la route : oui une auto électrique peut être excitante et passionnante. Mais je me rends compte que l’autonomie et le chargement des batteries restent une réelle complication… rien d’aussi simple et pratique qu’une bonne vieille pompe à essence ! Mais je ne suis pas dupe et je ne pense pas que l’automobile électrique soit la panacée de la réduction carbone. Peut-être même est-ce un mauvais calcul, entre production de l’électricité, production des composants électriques et durée de vie du véhicule. Mais c’est la volonté politique (et ça se saurait si la politique était synonyme de bon sens) de la plupart des pays européens, donc j’y suis passé et je découvre cela depuis quelques jours. À suivre !

PREMIUM : Quel modèle rêvez-vous de posséder ?
E. H. : On peut mettre modèle au pluriel ? Chez Ferrari, Porsche, AMG, Lamborghini, McLaren, Aston Martin, Pagani… les idées et les tentations ne manquent pas !

PREMIUM : De futurs achats en vue ?
E. H. : Ferrari 488 Pista en arrivage imminent. Ferrari 812 GTS et Porsche Cayman GT4 RS pour 2021. C’est déjà pas mal …

Son écurie :

  1. Ferrari 512 TR
  2. BMW 840 ci
  3. Porsche GT2 RS
  4. Porsche Taycan Turbo S
  5. Ferrari Pista 488 (en approche)
  6. Porsche Cayman GT4
  7. Mercedes AMG GTR
  8. Ferrari 488 Spider
  9. Porsche Cayenne Hybride
  10. Ferrari 812 GTS (2021)
  11. Porsche Cayman GT4 RS (2021)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :