Lifestyle

BAD BOY FOR LIFE

Alors que Tom Hardy sera bientôt de retour dans l’ultime saison de Peaky Blinders, annoncé en juin sur Netflix, et en cours de tournage de Havoc, son prochain film, Premium a interrogé l’acteur anglais sur sa carrière et sa vie de famille, qui est aujourd’hui un rempart contre ses anciens démons.

Pour un homme qui a traversé tant d’épreuves, Tom Hardy n’en démord pas lorsqu’il s’agit de relever les défis du cinéma. Legend, dit-il, a été “le plus grand défi que j’ai jamais eu à relever en tant qu’acteur – il est normalement difficile de jouer un personnage, mais devoir jouer deux personnages dans le même film et construire la relation entre eux est à peu près aussi difficile que tout ce que vous pouvez imaginer.” Quant à Dunkerque, l’homme de 44 ans a admis qu’il était déchiré par la réalité de ce que nos ancêtres ont accompli, le film et ses personnages “restant ancrés au fond de moi pour la vie”.

En 2015, Hardy a prouvé sa valeur en studio dans Mad Max : Fury Road, et s’est autrement distingué dans une série de films indépendants, notamment Locke, The Drop, Bronson et La taupe. Il est également connu pour avoir incarné le méchant Bane dans The Dark Knight Returns, tandis que sa récente reprise de Venom l’a vu renouer avec les pouvoirs d’un symbiote. Après une période de vrais rôles de poids lourds, le toujours créatif Hardy est prêt à se replonger dans des affaires plus intellectuelles, puisqu’il joue et produit Havoc en 2022. “Je suis avant tout un acteur, mais l’opportunité de participer à la production d’un projet, et de vraiment diriger cette chose qui fait qu’un film se sent et respire, sera toujours d’un grand intérêt pour moi”, explique-t-il.

On peut dire que c’est cette capacité à s’étendre à différents personnages et à différents rôles qui permet à Hardy de rester pertinent et intéressant, sans parler de son mystère, en tant que sex-symbol et personnalité qui vaque à ses occupations avec style, sensualité, et un côté têtu qui a terrifié plus d’un journaliste. Loin du grand écran, Hardy est sobre depuis plus de dix ans et affirme qu’il a l’intention de le rester. Il vit à Londres avec son épouse, l’actrice Charlotte Riley, qu’il a rencontrée pour la première fois sur le tournage du film Les Hauts de Hurlevent en 2009. Le couple a un enfant de cinq ans, et un petit Forrest depuis décembre 2018. Hardy est également l’heureux père d’un fils de 13 ans, Louis, né de son ancienne petite amie Rachel Speed.

PREMIUM : Votre nouveau film aborde l’espionnage, la conspiration, la corruption. Vous semblez être dans votre élément lorsqu’il s’agit d’explorer des rôles de durs à cuire…

HARDY : Je suis loin d’être un violent ou un dur. Je ne pense pas du tout avoir l’air menaçant, mais je suis un acteur, et il est évident que les réalisateurs ont vu en moi quelque chose qui se traduit bien dans ce genre de rôles. Je brûle d’un feu intérieur, et j’ai appris à me débrouiller tout seul quand j’étais plus jeune, ce qui m’a valu beaucoup d’ennuis. Je suis allé à l’école publique, et bien que ce ne soit pas du tout comme l’école du prince Harry, c’était assez huppé… bien que je ne le sois pas.

PREMIUM : Vous êtes humble, mais vous devez savoir que les gens vous apprécient énormément pour ce que vous faites.

HARDY : J’apprécie la reconnaissance de mon travail, mais je ne peux pas imaginer être célèbre. Je ne veux jamais me considérer comme différent ou plus privilégié que quiconque. C’est amusant et cool d’avoir cette attention, mais nous sommes tous des êtres humains et je ne peux pas imaginer mener une vie très différente ou glamour. Ça ne veut rien dire, c’est juste une image que je projette, et vous êtes foutu si vous la laissez entrer dans votre tête. 

PREMIUM : Vous arrive-t-il de vous perdre dans un personnage ?

HARDY : Jamais. Tout est articulé et soigneusement élaboré, il suffit d’avoir de l’inspiration et un peu d’alchimie. Rien n’est laissé au hasard, pour moi – je me concentre. Vous pouvez avoir perdu quelqu’un de très cher, ou avoir la pire gueule de bois du monde, mais quand vous arrivez sur le plateau, vous devez vous concentrer sur une seule chose, et c’est votre travail. N’oubliez pas que vous n’avez pas besoin de vivre un traumatisme pour jouer un traumatisme. C’est ce qu’on appelle “jouer”. Faire des films n’est qu’une illusion, n’est-ce pas ? Quelque chose qui est créé le jour même – vous construisez une émotion, et vous l’utilisez quand c’est nécessaire.  Quelle est la bataille la plus difficile de ma propre vie ? Mon ego – et le garder sous contrôle. Ça, c’est une vraie performance !

PREMIUM : L’admiration pour votre travail vient de toutes parts, notamment de votre père.

HARDY : Eh bien, j’aime être capable de l’impressionner. J’ai aussi beaucoup de respect pour lui et je suis reconnaissant que nous ayons pu nous rapprocher à nouveau, d’une manière complètement différente de celle de mon enfance. Nous pouvons avoir des conversations qui ressemblent davantage à celles que mènent deux hommes entre eux, mais aussi un père et son fils.

PREMIUM : Est-ce que vous lui attribuez votre amour des drames historiques… après tout, il a coécrit la série Taboo ?

HARDY : Oui, sans aucun doute. Il m’a aidé à essayer de rompre avec la façon dont beaucoup de drames historiques ont tendance à être réalisés en Grande-Bretagne. Ils sont généralement trop idéologiquement corrects, cérémonieux et faux. Je voulais rompre avec cela et faire quelque chose de plus viscéral. Nous voulions raconter une histoire qui soit plus authentique et qui s’écarte de ce type de récit classique, sans perdre le sens de l’histoire et des éléments qui ont formé notre société et notre culture.


PREMIUM : Cela doit être réconfortant de voir les choses s’arranger après avoir vécu cette relation turbulente avec lui quand vous étiez adolescent et jeune homme…

HARDY : De l’eau a coulé sous les ponts. J’ai dépassé la quarantaine, j’ai trois enfants, et ma relation avec Chips a radicalement changé. En tant que fils unique, j’avais ce besoin profond de me rebeller contre mon père. Pendant mon enfance, il travaillait très dur et rentrait généralement tard, et je ne le voyais pas beaucoup. Puis j’ai été envoyé en pensionnat, et pendant longtemps, j’ai cherché une figure paternelle.  Mais j’ai commis l’erreur de fréquenter les mauvaises personnes qui, je le croyais, me donnaient un sentiment de sécurité. Mon père et moi n’avons recommencé à nous parler et à nous rapprocher qu’au cours des deux dernières décennies. J’ai dû apprendre beaucoup de choses sur la vie et le fait d’avoir mes propres enfants m’a changé à jamais. Aujourd’hui, Chips et moi pouvons nous asseoir et parler de tout, et lorsque nous travaillons ensemble, ce n’est pas comme entre un père et son fils, c’est plutôt comme deux artistes qui collaborent.

PREMIUM : Comment le fait d’avoir des enfants a-t-il changé la façon dont vous voyez ou appréciez votre père ?

HARDY : Cela m’a ouvert les yeux sur mon enfance et cette partie de la vie avec mon père, et les choses sont devenues beaucoup plus claires. Quand on commence à élever ses propres enfants, on apprend très vite à quel point c’est difficile [rires]! Il n’y a pas de guides qui vous expliquent comment être le parent parfait, et ça peut être très compliqué. Mais c’est aussi l’expérience la plus géniale et la plus gratifiante de votre vie. Je pense que la tentation est grande d’élever nos enfants dans notre ombre. Je comprends ça, parce que je pense qu’à bien des égards, c’est une chose naturelle de vouloir le faire. Ça façonne aussi en quelque sorte où vous pensez qu’ils pourraient aller, et ce que vous voulez pour eux. Mais c’est aussi une façon de les protéger de l’inconnu car, évidemment, vous connaissez ce monde et ses risques. Mais en fin de compte, c’est absurde, car dès qu’ils arrivent, vous appréciez le fait que ces petits êtres incroyables ont leur propre personnalité et, pour la plupart, ils feront exactement ce qu’ils veulent… et en fait, c’est ce que vous voulez aussi.

PREMIUM : Vous avez décrit votre famille comme votre sanctuaire. Est-ce un soulagement pour vous de pouvoir échapper aux rôles de méchants et de vous éloigner du côté obscur ?

HARDY : Je ne suis pas du tout sombre dans ma propre vie. J’aime ma famille, ma vie de famille, et j’aime mes chiens. Si je travaille sur un film, je vis dans ce monde que je crée à travers mon personnage et c’est là que je dois être. Mais une fois le film terminé, c’est comme si, sur le coup de minuit, le carrosse se transformait en citrouille et que je devais retourner dans mon monde réel, c’est-à-dire ma famille.

PREMIUM : Comment expliquez-vous votre décision de “choisir sa vie” ?

HARDY : J’ai eu l’impression que j’allais galérer dans la vie si je ne savais pas prendre soin de moi, alors j’ai appris à le faire. Je me suis retrouvé dans un tas d’ennuis… J’ai fait beaucoup d’erreurs dans ma vie. J’ai beaucoup de chance d’être en vie.

PREMIUM : Vous arrive-t-il de vous “ouvrir” ?

HARDY : Souvent, quand je le fais correctement. Mais seulement pour mes amis et ma famille. Personne d’autre.

PREMIUM : Ressentez-vous un sentiment de rédemption en ayant surmonté certains passages sombres de votre vie et en voyant maintenant la lumière briller sur vous ?

HARDY : Vous donnez à cette histoire un air très apocalyptique et shakespearien. Je suppose qu’il y a quelque chose de cela. J’ai fait beaucoup d’erreurs dans ma vie et je me dis souvent que j’ai beaucoup de chance d’être là.  Mes parents ont beaucoup souffert de ça et c’était dur pour eux de me voir m’attirer des ennuis et me perdre dans la vie. Mais ils sont restés à mes côtés, comme le font les familles. Je prends ma responsabilité de père très au sérieux. J’aime l’être, et le fait d’avoir Louis tout d’abord dans ma vie, a changé mes perspectives sur beaucoup de choses. Vous arrêtez de penser de manière égoïste et vous vous consacrez au bonheur et au bien-être de votre enfant. À cause de mon travail, je ne peux pas le voir aussi souvent que je le voudrais, mais j’essaie de gagner l’argent qui le mettra en sécurité. Mais je m’inquiète d’être séparé de lui et je veux pouvoir me consacrer plus à lui à l’avenir, lorsque mon emploi du temps sera moins chargé. Même si ma carrière s’effondrait soudainement, je pourrais être très heureux en tant que père et vivre une vie beaucoup plus simple.

PREMIUM : Vous considérez-vous comme un survivant ?

HARDY : Comme je l’ai dit, j’ai de la chance d’être en vie. Je me bats constamment contre l’orang-outan de 400 livres qui se déchaîne dans mon cerveau et qui essaie de me tuer. C’est mon côté auto-destructif que je dois continuer à combattre. Cela fait partie de ma personnalité addictive et c’est quelque chose dont je devrai probablement toujours me méfier. Mais il nourrit mon travail et je le confine dans cet espace au lieu de le laisser ruiner ma vie. Le fait d’avoir à gérer cela vous rend plus fort – cela vous donne envie d’être meilleur.

PREMIUM : Avez-vous entendu les comparaisons avec Brando ?

HARDY : Je ne peux même pas envisager cette idée. Marlon Brando est une légende. Je n’ai même pas vu ses meilleurs films, à l’exception d’Apocalypse Now et de quelques autres. J’ai grandi en admirant des acteurs comme Robert De Niro et Gary Oldman. Ce sont eux qui m’inspirent le plus dans ce que je fais. 

PREMIUM : Vous avez tout fait, comment comparez-vous le développement, la production et le jeu ?

HARDY : En général, je ne me détends pas quand je travaille, mais chaque film est différent. Ce qui était plus facile avec Taboo, par exemple, c’est que le tournage à Londres me permettait de rentrer chez moi tous les soirs et de passer du temps avec ma famille. Ma plus jeune fille est née trois semaines avant le début du tournage de Taboo et les conditions ont été réunies. D’autres fois, vous pouvez avoir un film plus facile mais un environnement très difficile. On ne sait jamais à l’avance.

PREMIUM : Enfin, est-ce que les louanges et les applaudissements vous dérangent ?

HARDY : Les éloges ne m’intéressent pas, car tout est subjectif. Ce que certains considèrent comme une pièce brillante et captivante peut, pour moi, être une performance que je décortique et à laquelle je trouve une infinité de défauts ; il n’y a pas de réponse correcte, c’est pourquoi je prends tous les compliments avec une certaine distance.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :