High-Tech

CONSTRUIRE SUR LA LUNE

Habiter la lune ne relève plus de la science-fiction, c'est aujourd'hui un réel projet de la NASA. Plusieurs entreprises ont déjà été sélectionnées pour créer nos futures maisons lunaires.

L’agence gouvernementale a l’ambition de lancer un programme de recherche et de développement d’un système de construction spatiale qui pourrait soutenir la future exploration de la Lune. Grâce au programme Artemis, la Lune sera le premier site d’exploration de surface durable hors de la Terre. Construire une présence durable sur la Lune nécessite plus que des fusées. Pour qu’une présence lunaire permanente existe, il faudra construire des structures robustes qui offrent une meilleure protection contre la chaleur, les radiations et les micrométéorites que les habitats métalliques ou gonflables. Des plateformes d’atterrissage aux habitats, ces efforts collectifs sont motivés par la nécessité de faire de l’humanité une civilisation spatiale.

C’est la société ICON, développeur de technologies de construction avancées, notamment la robotique, les logiciels et les matériaux de construction, accompagnée des cabinets d’architecture BIG-Bjarke Ingels Group et SEArch+, qui a obtenu le contrat pour développer ce projet audacieux baptisé « Olympus ». ICON va consacrer désormais une division de son entreprise à l’espace. « Construire la première maison de l’humanité sur un autre monde sera le projet de construction le plus ambitieux de l’histoire humaine et poussera la science, l’ingénierie, la technologie et l’architecture vers de nouveaux sommets », a déclaré Jason Ballard, co-fondateur et PDG d’ICON. « L’investissement de la NASA dans des technologies de l’ère spatiale comme celles-ci peut non seulement contribuer à faire progresser l’avenir de l’humanité dans l’espace, mais aussi à résoudre des problèmes très réels et délicats auxquels nous sommes confrontés sur Terre. Nous sommes honorés de commencer notre recherche et développement sur le ‘Projet Olympus’ d’ICON et le Système de construction Olympus ». Bjarke Ingels, fondateur et directeur créatif du groupe BIG-Bjarke Ingels déclare : « Avec ICON, nous ouvrons de nouvelles frontières – tant sur le plan matériel, technologique qu’environnemental. Les réponses à nos défis sur Terre pourraient très bien se trouver sur la Lune ». Et d’ajouter : « Pour expliquer le pouvoir de l’architecture, « formgiving » est le mot danois pour design, qui signifie littéralement donner une forme à ce qui n’a pas encore été formé. Cela devient fondamentalement clair lorsque nous nous aventurons au-delà de la Terre et que nous commençons à imaginer comment nous allons construire et vivre sur des mondes entièrement nouveaux ». De leur côté, les cofondateurs de SEArch+ sont unanimes : « Assurer la sécurité des astronautes est primordial pour notre travail à SEArch+. En tant qu’architectes et designers, nous nous efforçons de créer des espaces ambitieux qui enrichissent et célèbrent la vie humaine. Nous sommes ravis de soutenir le « Projet Olympus » et de faire un pas de plus vers notre objectif de devenir une espèce interplanétaire. L’impression en 3D avec des matériaux locaux est une solution durable et polyvalente pour la construction hors du monde qui s’avérera vitale pour notre avenir ici sur Terre et dans l’espace ». Pour ICON, le voyage pour réinventer la construction a commencé en 2018 avec la livraison de la première maison aux États-Unis, où l’impression 3D est autorisée. Depuis lors, l’équipe a ouvert la voie à la première communauté de maisons imprimées en 3D au Mexique, en partenariat avec l’organisation à but non lucratif New Story (comme on peut le voir dans la série de documentaires « HOME » d’Apple TV+), qui a réalisé une série de maisons servant à l’hébergement des personnes âgées. ICON, déja avancé en matière de technologie d’impression 3D pour la construction de maisons sur Terre, a obtenu de nouveaux moyens pour faire avancer le développement de cette technologie. En partenariat avec le Marshall Space Flight Center de la NASA en Alabama, ICON testera un simulateur de sol lunaire avec diverses technologies de traitement et d’impression. Ces tests aideront à concevoir des éléments prototypes pour un éventuel futur système de construction en grandeur réelle sur la Lune.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :