Vins & Spiritueux

Ruinart révolutionne le monde du packaging de luxe avec son nouvel étui écologique

Le nouvel étui des bouteilles de Ruinart a été conçu comme une seconde peau. Un packaging disruptif, eco-conçu, zéro plastique et 100% recyclable. Une petite révolution dans un monde ou la démesure est habituellement de mise.

En 2020, Ruinart rompt avec la tradition des coffrets unitaires, et va plus loin dans sa démarche environnementale avec un nouvel étui pour ses cuvées. Éco-conçue, cette enveloppe épouse exactement la forme emblématique des flacons de la Maison, telle une seconde peau, tout en préservant l’intégrité du goût Ruinart jusqu’à la dégustation.

« Avec cet étui seconde peau, la Maison Ruinart confirme son rôle pionnier en Champagne, et son ambition en termes de responsabilité sociale et environnementale. Ce projet disruptif cristallise notre engagement pour un développement plus durable sur l’ensemble des étapes d’élaboration et de commercialisation de nos vins, depuis la culture de la vigne jusqu’à l’expérience de dégustation. » explique Frédéric Dufour, Président de la Maison Ruinart.

Ruinart bouscule ainsi les standards de la profession en matière de coffrets.

En révolutionnant le packaging, la Maison Ruinart met son esprit d’innovation au service du développement durable : là où un coffret statutaire faisait sens hier, un habit composé à 100 % de fibres de cellulose, entièrement recyclable, s’impose aujourd’hui avec légèreté. Innovation durable, l’étui seconde peau prône un retour à la nature : il vise à réduire et recycler sans dénaturer ni l’expérience, ni le goût.

Hommage direct aux crayères, la coque minimaliste en papier se double d’un toucher doux et d’une surface texturée qui rappellent les caves historiques de la Maison, à Reims. Elle suggère une nouvelle gestuelle, une matérialité disruptive et un design adapté à un art de vivre engagé. Le design de l’étui réinterprète la gestuelle des établissements gastronomiques : il est inspiré par la manière dont les maîtres d’hôtels enroulent une serviette blanche autour des bouteilles de champagne.

L’utilisation de la fibre de cellulose ou pâte à papier a nécessité de résoudre deux défis technologiques. Le premier était de rendre l’étui imperméable à la lumière qui peut altérer le vin, notamment pour les flacons en verre clair. Le papier seul n’était pas une protection suffisante pour filtrer toutes les ondes lumineuses. Une nouvelle technique a été développée pour enrichir la pâte de cellulose d’un oxyde métallique naturel qui renforce l’opacité de cette seconde peau protectrice. Le second était de s’assurer que l’étui protège le vin jusqu’à la dégustation, résiste aux usages de service, y compris à l’humidité, sans se détériorer. Adapté à une conservation au réfrigérateur, l’enveloppe conserve son intégrité plusieurs heures dans un seau rempli de glace. Ruinart propose ainsi une nouvelle gestuelle.

Au total, 7 prototypes furent nécessaires pour mettre au point cette coque en pulpe de papier qui épouse les contours de la bouteille, l’embellit et préserve le goût Ruinart.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d bloggers like this: