Automobile Power

Essai Bentley Flying Spur W12, embarquement avec la Royal Navy !

La nouvelle Bentley Flying Spur en jette, surtout dans cette série spéciale 'First Edition'. Si la vocation de cette berline ultra luxe est de vous transporter dans un confort royal, elle réserve également bien d'autres surprises, notamment sa puissance. Par David Bail

Il faut remonter à 1952 pour retrouver les origines de la Flying Spur, lorsque la firme Bentley décide de reconquérir ses lettres de noblesse dans l’univers des GT d’exception. Cette nouvelle version est la troisième génération et notre modèle testé est la première série spéciale logiquement nommée « First Edition ». La voiture est identifiable à ses logos « First Edition » présents sur les ailes et la calandre, à ses seuils de portes spécifiques et à ses broderies spéciales sur les appuie-têtes. La flying Spur survole les autres berlines Premium allemandes et se place en parfaite concurrente de la Rolls-Royce Ghost, avec l’avantage d’être plus dynamique puisqu’elle détient le titre de la berline la plus rapide du monde. Au fur et à mesure, je découvre la puissance du W12 6L biturbo de 635 ch, qui malgré les 2437 kg, propulse la voiture comme s’il s’agissait d’un petit coupé. Couplée à une boîte automatique à huit rapports et à une transmission intégrale, la voiture passe de 0 à 100 km/h en l’espace de 3,7 secondes. C’est seulement la raison qui m’impose de lever le pied pour ne pas me retrouver à plus de 200 km/h, tant le silence domine à bord. La sécurité est omniprésente, le correcteur de trajectoire fait son travail ainsi que le capteur de proximité qui oblige la Bentley à ralentir dès que l’on approche de trop près un autre véhicule. À l’intérieur c’est le règne du luxe, cuirs nobles, boiseries et moquette épaisse, fonction de massage multimode sur les sièges, système audio a 19 hautparleurs, avec l’incontournable horloge signée Breitling qui trône au milieu du tableau de bord, symbole de luxe ultime. Mais le clou du spectacle se trouve sur le capot, lorsque la statuette symbolique de la marque apparaît au démarrage ou se dissimule à l’arrêt du moteur, effet garanti ! Cet univers feutré me pousse à avaler les kilomètres, sans ressentir aucune fatigue. Direction Obernai pour un weekend relax à l’Hôtel du Parc****. Mon carrosse attire les regards, je croise le regard interrogatif d’autres conducteurs. Du coup, le passage à la station service de l’autoroute devient un moment de gloire. Arrivé le soir à ma base, c’est une tout autre ambiance que je découvre à bord, les seuils de porte et planche de bord s’éléctrisent grâce à des éclairages leds verts, une atmosphère digne des véhicules de Tron, on passe alors du classicisme au futur. Après trois jours passés au volant de ce magnifique navire, je comprends pourquoi la marque séduit aussi la jeune clientèle aisée et branchée, ici on ne fait plus dans l’ostentoire mais on se démarque avec chic et bon goût. Une nouvelle approche du luxe qui fait mouche.


Disponible à l’essai chez Bentley Luxembourg, Groupe Losch.

%d blogueurs aiment cette page :