Art

Les oeuvres de l’artiste américaine Summer Wheat sont mit à l’honneur dans la gallerie Zidoun Bossuyt

La galerie Zidoun-Bossuyt est très heureuse d’accueillir l’artiste américaine Summer Wheat pour sa première exposition personnelle en Europe. L’artiste fait partie entre autres des collections du Perez Art Museum à Miami, le Dallas Museum of Art à Dallas et le Young Museum à San Francisco.

Via un processus inventif consistant à passer de la peinture à travers un grillage en aluminium, les tableaux de Summer Wheat aux airs de tapisseries médiévales montrent des personnages féminins de chasseuses, de pêcheuses et d’apicultrices. Ces femmes réécrivent l’imagerie historique à travers des thèmes où seuls les hommes étaient traditionnellement présents. À partir de références historiques telles la pictographie égyptienne, l’imagerie amérindienne, le postimpressionnisme français et le pop art américain, Summer Wheat remet en cause l’histoire de ces récits en proposant une perspective contemporaine. Ses compositions figuratives et sa palette riche de couleurs éclatantes rappellent bien évidemment Henri Matisse ou Pablo Picasso. L’influence d’Henri Matisse est en particulier frappante dans la perspective libre où les plans s’entrecoupent pour ne faire qu’un, créant l’unité de la composition.

Née dans Oklahoma, l’artiste s’est naturellement penchée sur la production artistique des cultures amérindiennes, analysant en particulier les relations entre les comportements propres à l’espèce humaine et animale dans leur environnement. Plutôt que de rendre archaïque les vies de ceux qui luttent, Summer Wheat dignifie ses sujets et réfute décidément les représentations de genre trouvées dans les diverses cultures à travers l’histoire, échangeant les femmes dans les rôles occupés par les hommes.

Longtemps associée à la purification et au renouvellement, ainsi qu’à l’origine de la vie, l’eau se déverse dans les nouvelles peintures de Summer Wheat. L’exposition Shallow Water présente un nouveau corpus d’œuvres faisant référence à l’imagerie historique associée à l’élément Eau et aux métaphores qui y sont associées – le nettoyage (le travail des femmes et la vie domestique), la plongée (la découverte et l’innovation), le barbotement (les loisirs), la marche sur l’eau (la Bible), et la réfléchissement (la contemplation et la mort inévitable)-, libérant ces scènes de leurs aspects sexués.

« L’eau est réfléchissante. C’est un miroir, un purificateur, un guérisseur et une représentation de la transformation. Souvent dans l’art, l’eau est utilisée comme un moyen d’améliorer la sensualité d’une femme ou de transmettre un sentiment de pureté. Les femmes dans ces tableaux ne sont pas là pour être des muses. Elles ne posent pas langoureusement dans l’eau s’offrant au regard du spectateur. Ces femmes jouent dans l’eau, elles s’en réjouissent. Elles recueillent et libèrent de l’eau avec leur propre corps agissant comme des réceptacles – l’eau coule de leur bouche, de leurs yeux et de leurs oreilles-. Reposant sur des tas d’animaux remontés à la surface, les figures s’équilibrent de façon précaire, gérant l’instabilité avec aisance et joie. Travaillant à la chaîne, les femmes démontent les coquilles dures des crabes, évident les poissons et deviennent des magiciennes dans leurs cuisines. Les femmes dans mes tableaux ne sont pas des figures passives. Elles revendiquent leur propre espace. En s’offrant aux pluies diluviennes, elles cherchent de nouveaux liens avec cette force vitale essentielle. »

Zidoun Bossuyt a créer un second site pour « visiter » l’exposition de façon virtuelle, et une vidéo qui illustre très bien la technique de l’artiste pour comprendre cette illusion : https://vr.seemore.art/zidoun-bossuyt/summer-wheat .

Légende : Courtesy Zidoun-Bossuyt Gallery, photos Eric Chenal

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :