Fashion

Joel Alvarez : Un succès qui colle à la peau

Un rien l'habille ! Le photographe de mode Joel Alvarez a pris cette expression à la lettre pour concevoir son projet de maillots de bains en rubans adhésifs.

L’histoire des créations originales de Joel Álvarez débute en 2008, lorsque ce jeune photographe qui fait ses premiers pas dans la photo de mode, utilise, sur les conseils de son modèle, le ruban magnétique d’une cassette audio pour l’habiller. De l’avis de celui-ci, « elle ressemblait à 2 jambons de Noël enveloppés dans des élastiques quand j’ai eu fini! ». Néamoins, cette expérience lui donne l’envie de développer l’idée. Les semaines suivantes il s’entraîne sur d’autres modèles et remarque que la manière dont les lignes de rubans soulignent la silhouette ne ressemble à aucun vêtement d’aucunes garde-robe.
En 2012, il collabore avec les night-clubs de Miami et ses créations originales se font remarquer. C’est l’époque des premiers réseaux sociaux, il diffuse ses modèles sur Myspace et s’envole vers d’autres endroits comme Ibiza, la Norvège et le Canada. Quelques années plus tard, Instagram lui offre une incroyable plateforme pour présenter son travail. C’est à ce moment que les choses s’accélèrent. Chaque jour, le photographe/créateur reçoit des centaines de messages du monde entier qui lui demandent de participer à des festivals de musiques ou des soirées dans des boîtes de nuit. Bien que son projet artistique ait débuté avec du ruban magnétique noir, Joel expérimente d’autres techniques et de nouvelles formes de rubans adhésifs. En 2014, il utilise du ruban réfléchissant, mais ne diffuse aucune image de ce procédé, restant persuadé que le public lui préfèrera le ruban noir d’origine.
Des années plus tard, lors d’une manifestation caritative en Haïti, il habille l’ancienne Miss Porto Rico avec du ruban d’or dans un cadre tropical. La vidéo de 15 secondes du corps doré qu’il partage sur sa page Facebook est visionnée plus de 7 millions de fois en 3 jours! La boîte mail et le téléphone de Joel explosent sous les propositions d’interviews à la télévision et à la radio et d’articles dans les journaux et les magazines. Il est tellement choqué qu’il se demande si tout cela est bien dû à son art. C’est à ce moment qu’il travaille à améliorer le concept avec le résultat époustouflant que l’on connaît aujourd’hui. On peut remercier ce mannequin d’avoir un jour insisté pour que son photographe l’habille avec un ruban de cassette audio.

%d bloggers like this: